Remember Vincent Nguini !

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce satané cancer !!! Ils sont nombreux ces icônes de la musique Camerounaise qui ont été terrassés par un cancer et parmi eux, Vincent Nguini.

Voici l’un des meilleurs musiciens au monde qui n’a jamais reçu la moindre reconnaissance nationale dans son pays.

Un génie qui a joué avec les plus grands, il a été chef d’orchestre de Manu et Music Director chez Paul Simon.

Il est au cœur de l’album à succès « Proof » de Paul Simon plus de 6 millions d’exemplaires Vendus, disque de platine. C’est lui qui compose d’ailleurs le titre  » the coast » de cet album.

Il a joué aux côtés de Joe Dassin, Sheila, Henri Salvador, Karen Cheryl, Stanley Clark, Miles Davis, George Benson, Paul McCartney, Hugh Masekela, Chris Botty etc.

Il a joué sur les plus grandes scènes au monde : à la maison Blanche à l’investiture de Bill Clinton, à l’Olympia, au Madison Square, au Wembley Arena, au Tokyo home. Avec Paul Simon,il a joué devant 800 milles personnes à New-York.

Il a enseigné la musique dans les plus grandes écoles de musique au monde.

C’était un ardent défenseur de la théorie musicale, il tenait absolument à ce que les musiciens Camerounais aillent à l’école pour apprendre la théorie musicale.

C’est par exemple lui, qui insiste pour que Justin Bowen s’inscrive au conservatoire de musique au Havre. Vincent Nguini était aussi quelqu’un de très généreux,il aimait partager son génie avec les siens. Il a été le mentor de plusieurs icônes de la musique Camerounaise dont le terrible guitariste moustique Ambassa.

Il a posé son doigté magique sur plusieurs grands succès de la musique Camerounaise et africaine.

Il a fait partie du groupe Maloko.

C’était un article éclectique. Il jouait de tout : high life, afrobeat, Makossa, Bikutsi, jazz, funk, pop, blues, soul etc.

Il avait pour projet avant sa mort de construire une grande école de musique au Cameroun pour former les camerounais et faire éclore les talents.

Il est mort en 2017 au Brésil, terrassé par un cancer.

Source: Arol KECTH

Facebook Comments
Share Button

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *