Justin Bowen, le plus grand pianiste qu’a produit le Cameroun

Parce qu’il est impératif de rendre hommage à nos icônes de leur vivant. Parce qu’il faut magnifier leurs talents et leurs réalisations de leur vivant, célébrons Justin Bowen, le plus grand pianiste qu’a produit le Cameroun.
Voici un petit portrait d’un personnage très humble au talent immense qui a toujours su rendre hommage à ses ainés.
Justin Bowen vient à l’orgue à l’ombre de son grand frère (François) avant d’arpenter les concerts scolaires. Il se forme en autodidacte dès l’âge de 9 ans en s’exerçant sur l’orgue de la maison familiale (harmonium). Très assidu et passionné, il passe la majorité de son temps à apprendre à jouer du piano.
Il devient professionnel et commence à jouer dans les bars (le philanthrope) à l’âge de 14 ans alors que les gamins de son âge sont intéressés par les jeux des enfants de cet âge-là. Il fait le mur avec la complicité de ses frères et sœurs pour aller jouer dans les bars. Il gagne déjà beaucoup d’argent (100 mille franc pour un enfant de 14 ans).
Justin quitte le Cameroun pour la Grèce et fait des débuts fracassants aux côtés de Roger Sabal-Lecco, Jean Marie Sandjol, Moustick Ambassa, les danseuses Clémentine, Awa et Nyangono Sylvie au sein du groupe Makoumba-Makoumba qui évoluait en Grèce. En effet, c’est Papadoupoulos un commerçant grec qui faisait des affaires au Cameroun qui leur trouva un contrat pour aller chanter en Grèce dans le night-club son hôtel. Ce dernier souhaitait absolument que l’inauguration de ce night-club soit faite par un orchestre camerounais car c’est l’argent qu’il gagna au Cameroun qui lui permit de construire cet hôtel. La grande équipe reste 6 mois en Grèce. Après la Grèce, Justin Bowen décide de s’installer en France à Vincennes chez ses frères et Eddy Edhouté son complice, se rend au Havre chez sa famille. Ils montent ensemble groupe Ideku Dynasty avec lequel ils feront un album. A paris, Justin Bowen commence les studios avec Moustick Ambassa, Jimmy Mvondo mvelé, Joe Mboulè et autres.
Il s’impose comme le pianiste attitré de Safari Ambiance. Il travaille avec les requins ; ce qu’il convient d’appeler l’équipe nationale du Makossa : Ebeny Donald Wesley, Toto Guillaume, Aladji Touré, Valery Lobé Sissy Dipoko etc.
Il a côtoyé des grands noms tels que : Moustick Ambassa, Jules Kamga, Daniel Kalagan, Johnny 33, Mekongo Président, Wassy Brice, Vincent Nguni etc. Il a toujours considéré Vincent Nguni comme étant son mentor dans le métier.
Justin Bowen est l’auteur des « claviers » de la majorité des grands succès Makossa. A titre d’exemple, on lui doit la majorité des claviers de Ndedi Eyango, Djené Djento, Marthe Zambo, Ekambi Brillant, Jr Nelson, Ndedi Dibango, Charlotte Mbango, Guy Lobé etc. ;
Il a joué avec les plus grands : Eboa Lotin, Pierre Akendengué, Franco Luambo. Pour la petite histoire, c’est lui qui qui joue les « claviers » du titre à succès « Mario » de Franco Luambo Makiedi le sorcier de la guitare.
Il rencontre Manu Dibango par l’intermédiaire de Sissy Dipoko. Ils travailleront ensemble pendant 6 ans et il sera son chef d’orchestre.
Véritable globetrotter, il parcourt le monde entier pour faire valoir ses talents de pianistes. Il est sollicité de partout. Justin Bowen est l’un des plus brillants instrumentistes camerounais et mérite d’être connu de tous. On lui doit des musiques de films dont celle de « Paris à tout prix »
Dénicheur de talent, il a produit : Sissy Dipoko et son complice Eddy Edouthé
C’est lui l’inspirateur de l’album Bend-skin d’André-Marie Tala. Sollicité au début des années 90 pour arranger l’album de son ainé André-Marie Tala, Justin trouve qu’il manque quelque chose dans l’âme de cet album. Justin exprime son insatisfaction à son ainé et lui demande s’il ne connait pas un rythme original du Cameroun qui n’a pas encore été vulgarisé. Après réflexion, André Marie Tala se rappelle d’un rythme originaire du Ndé qu’il a l’habitude de jouer. Lequel rythme est souvent exécuté pour animer des festivités. Aussitôt, André Marie Tala prend sa guitare et se met à jouer ce qui deviendra le titre à succès Bend Skin.
Souhaitez-vous découvrir l’histoire du titre « Bend Skin » d’André-Marie Tala ?
Souhaitez-vous découvrir le parcours d’Eddy Edhouthé, un génie parti très tôt ?
Souhaitez-vous découvrir la riche carrière d’André-Marie Tala ?

Savez-vous l’histoire de la chanson « je vais à Yaoundé » ?
Pour obtenir une réponse à toutes ces questions, nous vous invitons à lire le livre : « Les Icônes de la Musique Camerounaise »

Contacts pour l’avoir depuis le Cameroun
Douala : 6 56 43 88 38
Yaoundé : 6 96 83 86 60
Contact pour l’avoir depuis la Diaspora
Mail : leseditionsdumuntu@gmail.com
Le livre est aussi disponible à la librairie des peuples noirs à Yaoundé, Montée SNI.

Facebook Comments
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *