Manu Dibango , le patriarche de la musique Camerounaise

Manu Dibango est sans aucun doute le musicien camerounais le plus connu dans le monde. Son registre varié et éclectique fait de lui le musicien africain le plus constant et plus productif de ces cinquante dernières années. Rire unique, crâne rasé, lunettes noires, saxophone, voilà entre autres ce qui nous vient à l’esprit lorsqu’on évoque le nom Manu Dibango.
Très peu de personnes le savent ; ayant quitté le Cameroun enfant, Manu Dibango a baigné dans une culture occidentale et a appris la musique africaine que très tard : « Je ne connaissais pas l’Afrique. J’ai appris à jouer la musique africaine avec les africains en Afrique ce qui est différent de faire la musique africaine avec des souvenirs » aime à rappeler Manu Dibango.
C’est grâce au Congolais Joseph Kabasélé que Manu Dibango s’est interessé à la musique africaine. Moulée à l’école occidentale, Manu ne savait rien du tout de la musique africaine.
En effet, jeune Manu débarque en France en 1949 à l’âge de 15 ans pour poursuivre ses études. Il est accueilli par M. Chevallier, un instituteur de Saint-Calais une commune de la Sarthe.
En 1952, lors d’un séjour à Granville, il emprunte un saxo argenté à son ami Moyébé Ndédi alias « Pépé Fa Dièze », c’est le coup de foudre ! Il ne peut plus se séparer de cet instrument. En 1953 Manu quitte Château-Thierry pour Reims où il prépare le baccalauréat philo. Parallèlement à ses études, il prend des cours de saxo et commence à jouer dans les clubs et les bals de campagne.
Il échoue à la seconde partie du baccalauréat en fin d’année 1956. Son père mécontent, lui coupe les vivres. Ses parents ne voulaient pas qu’il fasse de la musique. Ils voulaient qu’il devienne professeur, ingénieur ou architecte. Il se lance à fond dans le Jazz au grand dam de ses parents.
Par le biais de plusieurs connexions amicales, il se rend à Bruxelles en Belgique à la fin de l’année 1956 après avoir réussi son baccalauréat dans l’optique d’y poursuivre ses études. En Belgique, il sera jouera dans plusieurs cabarets.
C’est dans la boîte les Anges Noirs qu’il fait également la rencontre de Joseph Kabasélé dit « Grand Kallé ». Joseph Kabasélé avait été emmené en Belgique à l’occasion de la table ronde par Patrice Lumumba. Grand Kallé tombe sous le charme du jeu de sax de manu et l’engage comme saxophoniste dans son orchestre l’African Jazz. Manu Dibango, musicien nourrit à l’école occidentale ne connaît pas grand-chose à la musique africaine après tant d’années passées loin de la terre de ses ancêtres. Il retourne aux sources et redécouvre les sonorités africaines dont une musique congolaise très développée et variée. Ensemble, ils enregistrent une quarantaine de morceaux dans un studio à Bruxelles pendant quinze jours. Les chansons enregistrées sont favorablement accueillies par les mélomanes africains et rencontrent un succès phénoménal en Afrique. Grâce au soutien du « Grand Kallé », Manu enregistre avec son copain Cubain Pepito son premier disque African Soul. C’est un bide.
Joseph Kabasalé lui propose un contrat d’un mois pour une tournée au Zaïre en août 1961. Il accepte le contrat et embarque son épouse avec lui, direction Léopoldville (actuelle Kinshasa). Partis pour un mois, ils y resteront deux ans. Ce sera une immense tournée africaine au cours de laquelle ils sillonneront en plus des pays d’Afrique francophone, quelques-uns d’Afrique anglophone et du nord.
En Afrique et surtout dans son pays le Cameroun, Manu Dibango connaitra la jalousie, la méchanceté et la haine sans borne. On veut carrément le liquider. Une nuit Manu découvre même un serpent sous son oreiller. Un jour en allant aux toilettes, il y trouve encore un serpent. Un autre jour, c’est au pied de sa porte ; qu’il trouve le serpent.

Souhaitez-vous découvrir la vie et le parcours de Manu Dibango ? Souhaitez-vous découvrir l’épopée ivoirienne de Manu Dibango en tant que directeur du nouvel Orchestre de la Radio-télévision Ivoirienne ? Souhaitez-vous découvrir l’épopée de Manu Dibango sur les deux rives du Congo ? Savez-vous que Manu Dibango a animé plusieurs émissions à la télévision française ? Souhaitez-vous découvrir l’Histoire de la chanson Soul Makossa ? souhaitez-vous avoir un aperçu de la complicité et la relation d’amour qui liait Manu à son épouse Coco ? souhaitez-vous en savoir plus sur les débuts de Manu Dibango ?
Alors lisez le livre : « Les icônes de la musique Camerounaise ».
Pour découvrir l’histoire des principaux rythmes de chez nous, la vie et le parcours des icônes de la musique Camerounaise, nous vous invitons à lire la suite dans le livre : « Les Icônes de la Musique Camerounaise ».
Contacts pour l’avoir depuis le Cameroun
Yaoundé : 6 96 83 86 60
Douala : 6 55 51 37 31
Le livre est aussi disponible à la librairie des peuples noirs à Yaoundé, Montée SNI.
Contact pour l’avoir depuis la Diaspora
Mail : leseditionsdumuntu@gmail.com
Le livre est aussi disponible sur Amazon : https://www.amazon.fr/gp/offer-listing/2956287400/ref=tmm_other_meta_binding_collectible_olp_sr?ie=UTF8&condition=collectible&qid&sr&fbclid=IwAR160MjeUN_iqfAU_ZZVBSBDV7RIXrhlQwRB-OBQmHCEnZeIRvl6y4a9KTM

Arol KETCH – 03.09.2019

Facebook Comments
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *