La Robe « Grace Decca » – Munyengué

Robe Grace Decca

Munyengué ou la joie indescriptible de se réveiller dans les bras de celle ou de celui qu’on aime.

Milieu des années 90, un clip vient de sortir. Ce clip fait fureur à la télévision nationale. Au-delà du clip, ce qui séduit les téléspectateurs c’est entre autres, la voix suave de Grace decca mais surtout la tenue qu’elle arbore dans ce clip. Les hommes sont tous séduits par la sublime créature qu’ils voient dans le petit écran. Ils la convoitent tous dans le secret de leur cœur ! Et pour vous faire une petite confidence : votre humble serviteur était aussi amoureux d’elle en secret. Ah si on pouvait lire ce qui est caché dans les cœurs !

Les femmes ne sont pas en reste. Elles sont littéralement captivées par la Grâce de la jeune dame qui crève le petit écran ; un atout majeur retient leur attention ; c’est la robe que cette jolie femme porte. Une robe avec une fente qui longe le côté de la cuisse. C’est décidé ; elles veulent toute cette robe. Certains époux sont même éjectés du lit conjugal et sommés d’y revenir que lorsqu’ils auront offert à leur épouse la « robe Grace Decca ». « Robe Grace Decca » ; c’est le nom que la gente féminine a donné à cette robe qui est l’objet de tous les attraits et toutes les quêtes.

Les couturiers et tailleurs sont pris d’assaut, chaque femme veut désormais montrer qu’elle est à la mode et quelle porte une « robe Grace Decca ». Et lorsque les ados à peine sortis de la puberté recevaient dans leurs chambres leurs copines vêtues de la robe « Grace Deca » ; c’était un signe que le match allez se jouer à guichet fermé dans la chambre ; le match sera chaud avec même des prolongations à envisager. Et si la radio cassette jouait le titre « Munyengué » ; alors on était parti alors pour les tirs aux buts interminables.

La légende populaire raconte alors que ces jeunes filles qui se rendaient chez leurs copains dans l’optique de passer une nuit endiablée et survoltée, ne mettaient rien comme dessous lorsqu’elles portaient cette robe.

Cette robe fera fureur au Cameroun au milieu des années 90. Et c’est peu de le dire !

Notons aussi que le Clip Munyengué puisqu’il s’agit de ce clip, fut très bien réalisé. On se souvient encore tous de la scène principale montrant le réveil d’un couple sur le lit conjugal. Parmi les chœurs de cet album figurait un certain Richard Bona. Notons aussi à la Basse, un des plus brillants bassistes (aujourd’hui décédé) que ce pays ait connu mais qui est toujours oublié dans son pays ; j’ai nommé Willy Nfor. Munyengué fait partie de l’album Doï la Mulema (Le cri du cœur). Doï la Mulema est consacré meilleure vente et le meilleur album de l’année 1993. La cerise sur le gâteau sera deux nominations aux African Awards.

Petit résumé et traduction du titre Munyengué par Suzanne Manga :

« Ma joie est de me lever le matin et te voir me sourire, me regarder…. avec ces yeux que j’aime tant. Jeune homme (ah mouna moumi), mon chéri je suis folle de toi quand tu es auprès de moi tout va bien.

Explique-moi un peu comment tu fais. Dis-moi un peu comment je fais pour t’aimer à autant.»

Belle, élégante, discrète, sensuelle et raffinée, Grace est un modèle pour plusieurs dames.

Je dresse le portrais de Grace Decca dans mon livre « Les Icônes de la musique Camerounaise ».

Arol KETCH le 24.09.2019

Facebook Comments
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *